|  italiano | 

Accueil


Nom : Groupe d’Etudes et de Recherches sur la Culture Italienne

Sigle : GERCI

Code : EA 611

Rattachement : UFR de langues, littératures et civilisations étrangères

Directeur : Serge Stolf





Nouveau ! Le GERCI participe au projet IDEX :
http://www.univ-grenoble-alpes.fr/e...



Le GERCI

Notre philosophie

Au GERCI, nous avons ceci en commun : l’Italie comme objet d’étude. Mais notre regard, tout en étant focalisé sur l’Italie, est double : à la fois intérieur (plusieurs d’entre nous ont des origines italiennes plus ou moins lointaines ; nous avons tous une connaissance approfondie de la culture italienne) et extérieur (nous vivons et nous travaillons tous en France, et nous sommes tous nourris aussi par une ou plusieurs cultures autres que l’italienne). Nous espérons avoir, de ce fait, le recul, la vue d’ensemble, le goût de la comparaison que ceux qui sont « dedans » n’ont pas toujours.

Au GERCI, nous travaillons sur la langue et la littérature italiennes, mais au plus près de l’histoire, de la société, du discours politique, de l’histoire des idées. Pour nous, la littérature n’est pas seulement une forme du signifiant, elle est aussi représentation du monde et fascination par le monde, construction imaginaire, praxis et stratégie rhétorique, dialogue humain avec l’univers par le biais de l’écriture (dans ses liens avec l’art, le théâtre et le cinéma), réflexion sur l’être.

Les recherches du GERCI portent sur des époques différentes, mais liées par des continuités thématiques, spatiales et chronologiques : les débuts de la modernité (du premier humanisme à la Renaissance) ; les Lumières, le tournant des Lumières et le romantisme ; l’âge des totalitarismes et celui de la première République ; l’époque de la mondialisation et des migrations.

C’est parce que nous sommes excentriques par rapport à l’Italie, basés tout près mais ailleurs, que nous pouvons tenter d’être tout cela, avec les moyens du bord, conscients de nos limites, mais aussi de nos ambitions. Nous voudrions être des spécialistes de l’Italie connaissant toutes les langues, toutes les cultures et toutes les sciences, citoyens du monde, citoyens du présent, mais aussi d’un passé aussi vieux qu’Homère, la Bible, Lucrèce et Dante. Nous sommes moins que tout cela, mais nous essayons de l’être autant que possible.


Nos origines et nos recherches actuelles

Laboratoire de recherche sur la culture italienne du Moyen Age à nos jours, le GERCI est né en 2003 de la fusion de ses deux composantes jusque-là indépendantes, le CERCIC (Centre d’Etudes et de Recherches sur la Culture Italienne Contemporaine) et HURBI (Centre de Recherches sur l’Humanisme, la Renaissance et le Baroque Italiens). Ils avaient été respectivement crées et longuement dirigés par Gilbert Bosetti et Mireille Blanc Sanchez, que nous remercions d’avoir posé les fondements de ce que nous sommes aujourd’hui.

Nos travaux s’articulent actuellement autour de trois axes de recherche et un séminaire de doctorants :

- Littérature, histoire et politique dans l’Italie contemporaine (de 1915 à nos jours)
- Littérature, histoire et politique en Italie à l’époque des Lumières et du romantisme
- Histoire et littérature dans la Renaissance italienne
- Séminaire transversal « work in progress »

Les recherches qui se font dans le cadre de ces axes donneront lieu, dans les années à venir, à des colloques (sur la littérature italienne contemporaine, sur l’œuvre de Pasolini ; sur le portrait politique ; sur la pensée des Lumières et de l’époque romantique ; sur l’humanisme et la Renaissance) des numéros de la revue Cahiers d’études italiennes recueillant surtout les Actes des colloques et des journées d’étude du GERCI, des éditions de texte et des traductions (la bibliothèque d’Alfieri, les cours d’Ugo Foscolo à l’université de Pavie, les Prediche de Savonarola, le De curialum miseriis d’Enea Silvio Piccolomini) et des ouvrages individuels (des ouvrages portant sur l’antifascisme démocratique, Giovanni Gronchi, Vasco Pratolini, la fortune visuelle de Piero de la Francesca dans le monde anglo-saxon, Goethe et Foscolo, la nouvelle poétique de Foscolo, les âges de la vie dans la pensée florentine, roman et théâtre à la Renaissance, la vie d’Enea Silvio Piccolomini).


Notre projet pédagogique

Notre souhait est de faire participer nos étudiants de Master à nos recherches en cours, de les former à une réflexion critique qui s’inspire à la fois de la philologie, de la critique littéraire, de l’histoire intellectuelle et de la pensée politique, de les ouvrir à des horizons pluridisciplinaires et multiculturels.

Notre ambition n’est pas de fonder une école mais de former et diriger des doctorants dont les recherches soient menées avec le même état d’esprit et la même ouverture d’horizons qui est la nôtre. L’exigence de rigueur qui est la nôtre implique qu’on ne s’engage pas dans une recherche sans avoir acquis les outils nécessaires pour pouvoir la mener à bien. Notre vocation pluridisciplinaire exige que tous les aspects de la culture italienne puissent être étudiés dans nos enceintes, à condition de s’en donner les moyens.

div id="bandeauMenuBas">

Retour accueil Imprimer la page Retour haut de page

 |  Contact | Crédits | Mentions légales |  Espace Privé |